Donnez-leur envie de manger!

«J’aime pas!» Qui ne connaît pas ce genre de réflexion? Les arguments rationnels ne suffisent pas pour expliquer aux enfants les bases d’une alimentation saine. Pour eux, un repas doit surtout être coloré, bon et gai.

Pourvu que ce soit bon

Les enfants jugent un repas d’après son odeur, son aspect et son goût.

Les enfants ne jugent pas un repas sur ce qu’il contient, mais d'après son odeur, son aspect visuel et son goût. De vrais petits épicuriens! Ils ne sont guère touchés par des arguments comme «c’est sain» ou «c'est plein de vitamines».

Il s’agit de trouver d’autres mots, qu’ils comprennent et ressentent. Lorsque le repas est coloré, gai et appétissant, les enfants deviennent curieux et ont envie de manger. A l'instar de nombreux fabricants d’aliments pour enfants, vous pouvez vous aussi mettre l’accent sur l’aspect visuel. Faites à la tartine de fromage du goûter un visage de légumes ou composez une assiette de crudités haute en couleurs pour le souper. Une présentation ludique incite les enfants à goûter des aliments qu’ils refusent habituellement.

Ou alors préparez le repas ensemble! Les enfants trouveront en général du plaisir à manger ce qu'ils ont cuisiné et essayeront de nouveaux aliments.

Tous les goûts sont dans la nature

Le sens gustatif des enfants est très différent de celui des adultes. Ce qui paraît insipide aux seconds n’est souvent pas perçu comme tel par les premiers. Pensez donc à assaisonner avec modération! Les enfants découvriront en outre mieux les différentes saveurs si les plats ne sont pas trop relevés.

Par ailleurs, leurs nerfs gustatifs étant très sensibles, ils n’apprécient guère ce qui est amer ou piquant. Cette inclination naturelle peut s’expliquer par l’évolution, de même que la prédilection pour le sucré. A l’ère primitive, les humains étaient ainsi mis en garde contre les aliments toxiques. Si de nombreuses plantes non comestibles ont un goût amer, il n’existe pas dans la nature d’aliments sucrés qui soient toxiques.

Toute contrainte se solde par un échec

Si votre enfant n’aime pas le chou-fleur ou les endives, ne le forcez pas à en manger. Il risquerait de s'obstiner dans son refus. N'hésitez pas en revanche à revenir à la charge de temps en temps, tout en lui proposant régulièrement des repas inédits et équilibrés. Son aversion pour certains aliments et sa prédilection pour d'autres peuvent ne pas durer. Et il n'est pas interdit par ailleurs d'accepter ses goûts jusqu'à un certain point. Les adultes eux aussi ont leurs préférences.

Découvrir ce qu'est le goût en s'amusant

Pour stimuler la perception sensorielle et le désir de nouveauté, vous pouvez éduquer le goût de manière ludique. Sentir, goûter et regarder permet aux enfants de comprendre comment les sens influencent leurs préférences alimentaires. Les jeux suivants, éprouvés par des pédagogues, enchantent les enfants:

Bandez les yeux de votre enfant et faites-lui goûter successivement des petits pois fraîchement écossés légèrement étuvés, des petits pois décongelés et des petits pois en conserve. Quelle est la différence? Lesquels sont les plus croquants et lesquels les meilleurs?

Bandez les yeux de votre enfant et demandez-lui en même temps de se boucher le nez. Mettez-lui un morceau de pomme dans la bouche. Est-il capable de reconnaître quel aliment vous lui avez fait goûter? Normalement, il ne sera pas capable d’identifier la pomme. Ce n’est que lorsqu’il pourra à nouveau sentir qu’il la reconnaîtra en associant odeur et goût.

Versez de l’eau dans quatre gobelets, ajoutez des colorants alimentaires vert, rouge, jaune et bleu, puis faites goûter à votre enfant. Perçoit-il une différence? En règle générale, une boisson rouge est perçue comme sucrée, une verte plutôt comme amère ou acide. Vous pouvez faire la même expérience avec du yogourt, des pâtes, etc.


Nos conseils pour les repas en famille

Créez une atmosphère de bien-être

Une table bien dressée, des assiettes joliment garnies et quelques règles de comportement rendent les repas agréables pour tous. C'est l'occasion de communiquer dans le calme et la sérénité. Les problèmes scolaires et les disputes n’ont pas leur place à table quand la famille est réunie et doivent de préférence être discutés à un autre moment.

Etablissez une liste noire

LAutorisez chaque membre de la famille à exclure du menu certains aliments, mais pas plus que quatre ou cinq. Tenez compte de cette liste noire en vous disant que les préférences et les aversions peuvent être innées. Ne sont cependant pas admis les termes génériques comme «fruits» ou «légumes». En contrepartie, les enfants s'engagent à goûter tous les autres aliments et à en manger au moins une petite portion.


swissmom et Hello Family

Le guide Hello Family pour les familles a été élaboré en collaboration avec swissmom, le portail d'informations sur la grossesse, la naissance et les enfants.

Accéder au site swissmom