Des enfants bien élevés

Voilà une question très épineuse. Aux yeux des parents, leurs enfants sont forcément des anges. Malheur à celui qui osera prétendre le contraire.

Or la vision de la bonne éducation varie en fonction des personnes, à l'instar de l'échelle de valeurs. Les priorités diffèrent d'une personne à l'autre. Cela étant, il faut instaurer certaines règles de base dès l'âge de cinq ou six ans. J'y prête particulièrement attention avec mes propres enfants. Il faut dire que je ne supporte pas les mauvaises manières et l'impolitesse, chez les adultes ET les enfants. 

Si nous enseignons à nos enfants comment bien se comporter, c'est évidemment pour faire bonne figure auprès de grand-mère, de tata, etc., mais c'est aussi et surtout pour leur propre bien. Savoir se comporter et s'exprimer convenablement facilitera leur vie future. Pour que nos enfants suscitent l'amabilité, la considération, le respect et la serviabilité plus tard, il faut qu'eux-mêmes apprennent à en faire preuve. Tout commence par l'apprentissage des règles sociales. Et cette tâche nous incombe. 

Cinq règles de base

  • Dire les mots magiques. On peut dire «merci» et «s'il te plaît» dès le plus jeune âge. Après tout, c'est facile à prononcer. Il suffit de les employer dans les situations appropriées. 
  • Dire bonjour et au revoir. Les enfants peuvent saluer très tôt. En revanche, il ne faut pas les forcer à faire des câlins ou des bisous. Tendre la main en regardant son vis-à-vis dans les yeux, c'est déjà très bien.
  • Faire preuve de respect. Quand j'étais petite, j'éprouvais spontanément du respect pour les adultes. De même, nous ne tutoyions pas les parents de nos amis. A tort ou à raison, les avis sont partagés. Mais le respect dû à chacun, lui, ne souffre d'aucune discussion. 
  • Bien se comporter à table. Dans le cadre des règles de base, la première étape consiste à ce que l'enfant mange proprement, sans faire perdre l'appétit aux autres convives. Le reste peut être peaufiné par la suite. 
  • Politesse minimale et considération. Les enfants distinguent encore difficilement ce qui peut être exprimé directement et ce qu'il vaut mieux garder pour soi. C'est un processus plus long que même les adultes ne maîtrisent pas forcément. La politesse n'est pas de l'hypocrisie. Etre poli, c'est prêter attention à l'autre, faire preuve de considération à son égard et ne pas le blesser. Et un enfant découvre très rapidement ce qui pourrait blesser quelqu'un. L'art des excuses appartient aussi à cette catégorie. 

Cinq stratégies

  • Expliquer le bien-fondé des règles sociales. Au lieu de seriner toutes les règles de manière inflexible, il peut être intéressant d'expliquer occasionnellement leur utilité et leurs conséquences.
  • Montrer l'exemple. C'est une question de cohérence. Si nous-mêmes, parents, adoptons des mots choisis et agissons de manière équitable et respectueuse vis-à-vis d'autrui, nos enfants suivront automatiquement.
  • Expliquer les conséquences du comportement. L'empathie ne s'apprend pas du jour au lendemain. Cela dit, nous pouvons inciter un enfant à examiner ses semblables plus en détail et lui expliquer ce que son comportement est susceptible de déclencher. Ou encore à réfléchir à sa perception d'une situation donnée ou à ses attentes vis-à-vis des autres. 
  • Se regarder dans le miroir. Cela contribue à la réflexion. C'est aussi un bon outil pour inviter les enfants à se demander comment ils aimeraient être perçus dans le regard d'autrui. Et à voir ce qu'il en est dans la réalité.
  • Rester calme. Il faut savoir rester de marbre, même si un enfant se comporte très mal en société. Les hurlements ne font que lui montrer nos limites et son emprise sur nous. Du reste, critiquer devant tout le monde est un manque de respect. Mieux vaut attendre le retour au calme pour analyser la situation en tête à tête et, pour le moment, se contenter d'indiquer posément le comportement erroné.

Nadja, blogueuse Hello Family

Publicité