Mon combat contre les kilos de la grossesse

A chaque fois que je grimpe sur la balance de ma gynécologue, je sors du cabinet complètement abattue. Et à chaque fois, mon mari me prend dans ses bras et me dit, pour me consoler: «Ce n'est rien. L'important, c'est que le bébé aille bien. Tu penseras à ton poids après la naissance.»

Non, la prise de poids pendant la grossesse n'est vraiment pas une partie de plaisir. Pour notre premier enfant, j'ai pris 15 kilos. Et pour l'instant, tout laisse à penser qu'il en sera de même pour le deuxième.

La bonne nouvelle? Les kilos disparaissent comme ils sont arrivés. Quand je suis rentrée de l'hôpital, j'en avais déjà perdu sept. Cinq kilos supplémentaires se sont évaporés comme par magie. Ou plutôt grâce à l'allaitement. C'était fascinant: je voyais littéralement les bourrelets disparaître de mes hanches pour apparaître sur les jambes et les bras de notre fille. 

En l'espace de deux mois, notre fille a pris plus de deux kilos. Notre nourrisson grossissait à vue d'œil, ma sage-femme a même cru que sa balance était cassée. 

Ce sont mes trois derniers kilos que j'ai eu du mal à perdre. Dans un premier temps, j'ai fait confiance à ma prof de fitness: «Ce sont des réserves d'urgence pour l'allaitement. Dès que le bébé sera sevré, elles disparaîtront automatiquement.» Eh bien non. Mon régime «salade d'avocat-fromage frais» combiné à des séances de sport intensives n'y a rien fait.

Au même moment, j'ai obtenu un nouveau poste à Bâle. Comme je devais faire la navette, je n'avais plus le temps de faire du sport et mon poids a continué de stagner. Ça me rendait folle. Certes, je rentrais dans la plupart de mes anciens vêtements, mais je devais cacher ce ventre que certains prenaient pour une nouvelle grossesse.

A l'âge de 13 mois, notre fille a commencé à marcher. Et même à courir. Evidemment, je lui courais après. Et comme elle était épuisée par ces nouveaux efforts, elle voulait être souvent portée. En même temps que ma fille découvrait le monde, je commençais un programme de fitness d'un genre nouveau, associant endurance et musculation. Et ce, sans même avoir besoin d'aller à la salle de sport.

Non seulement j'ai perdu mes derniers kilos, mais je n'ai jamais été aussi en forme.

Deborah, blogueuse Hello Family

Publicité