Le point commun entre les pastèques et les baleines

J'étais très anxieuse pendant ma grossesse. Evidemment, ma plus grande crainte était que le petit être qui grandissait en moi ne soit pas en bonne santé. Heureusement, les échographies mensuelles étaient là pour me rassurer.

La prise de poids était mon second souci. Bien entendu, je savais qu'il est tout à fait normal et naturel de prendre 12 à 15 kilos pendant la grossesse. Mais je savais aussi que certaines femmes prennent 30 kilos ou plus et ne parviennent plus jamais à s'en défaire. 

Je dois avouer que je n'étais pas la plus mince avant cette première grossesse. J'étais, comme on dit, de corpulence moyenne, et j'en étais donc à me demander si je n'allais pas prendre 30 kilos et finir par ressembler à une baleine.

Ma mère tentait de me rassurer: «Ne t'inquiète pas, tu perdras tous tes kilos en trop en allaitant!» Et elle n'avait pas tort: j'ai vite été accaparée par d'autres soucis. Sujette à de violentes nausées, je n'ai pas pris autant de poids qu'il aurait fallu pendant les 20 premières semaines de grossesse.

Lorsque j'ai à nouveau pu manger normalement, j'ai constaté que, contrairement à ce que je craignais, je n'avais pas particulièrement envie de me gaver de nourriture malsaine. Certes, il me fallait chaque jour ma glace en cet été caniculaire de 2015. Mais ce dont je ne pouvais pas me passer, c'étaient les pastèques: deux fois par semaine, le futur papa n'avait d'autre choix que de rapporter des spécimens de 10 kilos ou plus à la maison. Après mes orgies de pastèques, bébé manifestait son contentement en me donnant force coups de pied. 

Quoi qu'il en soit, j'essayais d'éviter au maximum de regarder la balance au dernier trimestre de grossesse. Je pensais que le médecin me mettrait en garde si je prenais trop de poids. 

Ces contrôles servent à vérifier que la prise de poids est régulière. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ils ne sont donc pas destinés à nous miner le moral! Une prise de poids soudaine peut s'expliquer par une rétention d'eau et être annonciatrice d'une toxémie gravidique. C'est du reste ce qui m'est arrivé la dernière semaine de grossesse. La balance affichait soudain 3 kilos de plus. Hypertension, maux de tête, nausées et mauvaise vascularisation du placenta venaient compléter le tableau. Pour les médecins, il était temps que ma fille vienne au monde. Et elle n'a pas perdu son temps: elle est arrivée le jour exact du terme.

Pendant que j'écrivais cet article, le papa a eu cette réflexion: «Ce n'est pas grave de ressembler à une baleine pendant la grossesse. Ce qui est plus important, c'est d'arriver à reperdre les kilos après.»

Vous saurez si j'y suis parvenue en lisant mon prochain article...

Deborah, bloggeuse Hello Family