Nadja: blogueuse Hello Family

Résultats scolaires: quand la pression monte

Cet été, ma fille est entrée en 5e classe. Depuis déjà plusieurs mois, nous entendons ici et là des remarques bien peu encourageantes: «La 4e, ça va, mais la 5e... Aïe aïe aïe!».

Non, on ne peut pas dire que nous attendions cette rentrée avec sérénité. La 5e est importante. Elle pose les premiers jalons. C'est là que tout se joue. C'est en effet à ce moment-là que les enfants réfléchissent pour la première fois sérieusement au métier qu'ils veulent faire. Finies les ambitions d'astronaute et de super-héroïne, bonjour les devoirs en pagaille! 

Chez nous, tout se passe bien pour l'instant mais je veille au grain. Car c'est en 5e que monte la pression scolaire. On a tout à coup l'impression de devoir faire plein de choses en même temps. Les pensées tournent en rond. On a subitement peur d'oublier quelque chose. La pression des notes augmente; certains enfants souffrent d'insomnie, mangent en excès ou insuffisamment; ils ont soudain des troubles psychosomatiques, comme des maux de tête ou de ventre. D'autres enfants se replient sur eux-mêmes, deviennent agités ou agressifs. Et les premiers symptômes de la puberté n'arrangent rien.

L'important est d'observer son enfant et de le soutenir au moment opportun. Les cinq points suivants peuvent aider à s'y retrouver:

  • Vérifier ses propres attentes: Il faut trouver la juste mesure entre surmenage et motivation et se demander régulièrement si nous ne mettons pas trop la pression à notre enfant.
  • Faire des pauses: Contre le stress, rien ne vaut une petite pause. Au cinéma, au théâtre, qu'importe: l'essentiel est de se distraire. Le mieux est encore de faire une promenade dans la nature. Pour faire le plein d'énergie et s'aérer la tête.
  • Prendre le mal à la racine: Bien sûr, il faut combattre les symptômes, mais cela n'aide qu'à court terme. Si problème il y a, il faut le régler à la racine. Une discussion avec l'enfant est souvent la solution – avec les parents ou toute autre personne de confiance. Le tout est de poser les bonnes questions. Quelle est l'origine exacte du stress de l'enfant? Qu'aimerait-il changer à sa situation? Que peut faire l'enfant contre le stress, quelles solutions sont à sa portée? Que peut-il changer et qui peut l'aider?
  • Elaborer un planning: Pour détendre la situation, il peut être utile d'élaborer un planning réaliste des devoirs à faire. D'une part, votre enfant n'oubliera rien, d'autre part, il pourra se reposer sans mauvaise conscience une fois ses tâches accomplies. Pour travailler sans se disperser. 
  • Prendre des mesures: Si votre enfant ne s'en sort pas malgré votre aide, il faudra prendre rendez-vous avec son enseignant. 

Plus d'articles écrits par Nadja

Publicité