Familles monoparentales: bon à savoir

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles une famille classique peut devenir une famille monoparentale. Si le nombre des parents élevant seuls leur(s) enfant(s) est en augmentation, ils n'en sont pas moins confrontés à de nombreux défis.

De plus en plus de parents élèvent seuls leur enfant

Elever son enfant seul est un véritable défi.

Il est de moins en moins rare qu'un enfant grandisse avec un seul de ses parents. En 1970, 7 % des parents suisses étaient des mères ou des pères célibataires. Entre 2013 et 2015, d'après l'Office fédéral de la statistique, 14,4 % des familles étaient monoparentales. Aux parents solo s'ajoutent les familles dites «recomposées». Il s'agit des couples mariés ou en concubinage composés d'un parent élevant seul son enfant et de la nouvelle personne qui partage sa vie.

Qui a la garde?

Si l'on excepte les cas où l'un des parents est décédé ou représente un danger pour l'enfant, même après leur séparation, le père et la mère restent les parents de leur enfant. Ils se partagent donc l'autorité parentale. Quand les parents n'habitent plus ensemble, il existe deux modèles de prise en charge de l'enfant. La garde exclusive prévoit que le lieu de vie et de résidence principal de l'enfant soit chez l'un des parents. Le parent concerné s'acquitte de toutes les tâches liées à la prise en charge et à l'éducation de l'enfant. On parle de garde alternée quand l'enfant vit chez les deux parents, alternativement chez l'un et chez l'autre. Les parents s'occupent conjointement de l'enfant et prennent en commun toutes les décisions le concernant. Pour appliquer ce modèle, les parents doivent s'entendre parfaitement sur toutes les modalités.

Tâches et défis des parents célibataires

Dans la plupart des cas, la garde exclusive est attribuée à l'un des parents. Souvent, il s'agit de la mère, mais il existe aussi des pères élevant seuls leur(s) enfant(s). Le parent célibataire prend en charge toutes les tâches dont s'acquitte normalement le couple. Cela inclut bien sûr gagner de l'argent, gérer les tâches domestiques et s'occuper de l'enfant. Pour les parents solo, il peut s'avérer très difficile de concilier travail et famille. Nombreux sont ceux qui doivent réduire leur temps de travail et qui voient donc leurs revenus diminuer. Après un divorce difficile, les parents célibataires peuvent se sentir coupables. Comme leur travail leur prend beaucoup de temps, ils craignent que leur enfant ne se sente abandonné. Souvent, ils n'ont plus du tout de temps pour eux et doivent sacrifier leur temps libre pour le bien de leur petite famille.

Le rôle de l'autre parent

Il peut arriver que le parent solo soit entièrement livré à lui-même, par exemple si l'autre parent est décédé ou qu'il représente un danger pour l'enfant. Mais normalement, l'autre parent reste présent dans la vie de l'enfant et peut ainsi apporter son soutien. Le père ou la mère doit rester informé(e) des événements qui surviennent dans la vie de l'enfant et doit être consulté(e) pour toutes les décisions importantes qui le concernent. Même après une séparation difficile, les parents doivent s'efforcer de coopérer au mieux pour le bien de leur enfant.

En principe, le parent qui s'occupe de l'enfant est soutenu financièrement par l'autre parent. Cependant, il ou elle ne doit verser de contribution d'entretien (ou pension alimentaire) que si sa situation financière le permet. L'enfant et l'autre parent ont le droit de se voir régulièrement, c'est ce qu'on appelle le droit de visite. Il ne peut être refusé que si le bien de l'enfant est menacé.

Les centres d'aide à consulter en cas de problème

Les pères et les mères élevant seuls leur(s) enfant(s) n'ont pas la tâche facile. Non seulement ils doivent s'occuper seuls de leur(s) enfant(s), mais ils doivent aussi assumer seuls de nombreuses responsabilités. Ils sont les premiers interlocuteurs en cas de problème au jardin d'enfants ou à l'école et doivent régler toutes les tâches administratives. Par ailleurs, toutes les séparations ne se déroulent pas dans la sérénité. Parfois, les parents sont en conflit sur le montant de la pension alimentaire ou le droit de visite. Ces dissensions peuvent peser lourdement sur le portefeuille ou le moral du parent solo. Mais si vous êtes un père ou une mère célibataire, sachez que vous n'êtes pas seul(e). N'hésitez pas à prendre conseil auprès d'un centre spécialisé qui vous aidera à faire valoir vos droits. Vous pouvez, par exemple, vous adresser à la Fédération Suisse de familles monoparentales (FSFM) ou aux centres d'aide situés près de chez vous.