Nadja: blogueuse Hello Family

Les dangers d'Internet

Il y a un an, Internet et les réseaux sociaux n'étaient pas encore d'actualité pour nous. J'avais écrit un article à ce sujet, me plaçant alors du point de vue de la mère inexpérimentée d'un enfant de 10 ans à peine qui ne s'intéressait pas encore à la question. Les choses ont changé aujourd'hui.

Ma fille a presque onze ans. Elle utilise Instagram, trouve des informations pour l'école sur Google et «tchatte» à longueur de journée sur Whatsapp, avec ses amis et sur d'autres groupes. Jusqu'à très récemment, je pensais  être dans le coup et plutôt cool parce que, même si les années passent, j'ai toujours été calée en musique. Sauf que ces connaissances ne me servent strictement à rien aujourd'hui: la chambre des enfants est tapissée de posters de youtubers qui me sont totalement inconnus. Ma fille réalise ses propres vidéos – étonnamment bien montées – et me montre comment elle tourne des clips sur musical.ly.

Ça m'a fait l'effet d'une claque et je me suis retrouvée là, au milieu d'une nouvelle ère, avec un enfant tout d'un coup si adulte et en même temps encore beaucoup trop petit pour ces choses-là.

On aurait pu décider, avec mon mari, de tout interdire et de tout bloquer jusqu'à ce que notre fille soit en âge pour ça, donc jusqu'à 29 ou 30 ans, au moins. Mais les interdictions ne servent à rien. Alors nous avons choisi de lui expliquer ce que sont les réseaux sociaux. Au cours de discussions, nous lui avons fait comprendre, dans un premier temps, que tout ce qu'elle mettait sur ces réseaux y resterait pour toujours. Pour ce qui est d'Instagram, je ne veux pas lui interdire d'y mettre ses photos (elle aime tellement en prendre), mais je tiens à ce que son visage ne soit reconnaissable sur aucune d'entre elles. Je pense qu'elle est trop jeune pour ça et elle respecte mon point de vue.

J'ai été prise de court par le développement fulgurant d'Internet, mais les choses sont telles qu'elles sont et je dois les accepter. Je suis souvent impressionnée par la vitesse avec laquelle ma fille maîtrise les programmes de traitement photo et  celle avec laquelle elle monte des vidéos et recherche des informations sur Internet.

J'ai entendu beaucoup d'histoires sordides sur les enfants et Internet. Pour cette raison, notre fille doit nous demander notre accord avant d'accepter une demande de mise en contact sur les réseaux sociaux. Elle communique pour l'instant uniquement avec son cercle de connaissances et nous contrôlons régulièrement, et en sa présence, ce qui se passe sur ces réseaux.

En laissant votre enfant entrer sur le Net, c'est dans le vaste monde que vous le lâchez, avec tout ce que ça comporte de bon, de passionnant et d'instructif, mais aussi de dangereux, d'obscur ou d'inconnu. Ce n'est pas spécialement rassurant quand on y pense.

Les consignes reçues lorsque j'étais encore petite étaient relativement simples – «Ne pars  jamais avec un étranger. Point». Aujourd'hui, nos enfants ont besoin de davantage de conseils. Nous devons leur montrer les côtés positifs mais aussi les dangers de cette Toile incontrôlable. Il faut aussi maintenir une relation de confiance pour que, en cas de doute ou de malaise, votre enfant vienne TOUJOURS vous en parler. Il faut qu'il soit conscient des dangers qui s'y cachent et qu'il ne puisse pas se lancer sans contrôle et sans limite dans le monde imprévisible du numérique. Si nous lui avons donné suffisamment d'informations et d'explications, c'est à son sens des responsabilités que nous nous en remettons. Nous devons alors lui faire confiance et lâcher prise, au moins un tout petit peu.

Plus d'articles écrits par Nadja

Publicité